Histoire

Histoire de Maurecourt

Carte postale ancienne

Premiers peuplements

On a retrouvé à Maurecourt un petit coq en bronze datant de la préhistoire, mais les premières traces averrées remontent à l’époque romaine. Les Romains s’installent à Andrésy avec une tribu gauloise venant d’Andéritium. Ces ancêtres gaulois se révèlent de très bons constructeurs de bateaux. C’est un seigneur romain (descendant du chef de légion ou d’un tribun romain), le seigneur Maurus qui donne son nom aux terres dont il était propriétaire.

Aux cours des premiers siècles après JC, plusieurs évangélistes passent sur ces terres : Saint-Denis, mais aussi Saint-Germain qui a laissé son nom à l’Eglise d’Andrésy.

Moyen Âge

On a retrouvé la trace de tombeaux mérovingiens et carolingiens lors de la création de la ligne de chemin de fer "Paris-Mantes". La localité d’Andrésy est acquise à cette époque par l’archevêché de Paris. Le nom du hameau de Morcourt est alors mentionné pour la première fois dans leur registre. Le château de Glatigny (château fort avec chapelle) est édifié avec son moulin à eau sur un bras de l’Oise. Blanche de Castille, la mère de Saint-Louis fait de nombreuses retraites à Carrières sous Poissy, village limitrophe d’Andrésy.

Du XIVe siècle à la Révolution française

Lors du siège de Paris en avril 1590, Henri IV aurait prononcé sa phrase célèbre "Paris vaut bien une messe" au relais de chasse d’Andrésy. À la cour de Louis XIV, on apprécie le vin d’Andrésy mieux connu sous le nom de "ginglet". La Révolution de 1789 permet la séparation longtemps réclamée de Maurecourt et d’Andrésy.

Du début du siècle dernier à nos jours

Début 1900, des bateaux style bateaux mouches arrivent de Paris chaque fin de semaine et accostent à l’Hautil, la "colline du bon air". Ils déversent des dizaines de parisiens venus se distraire, respirer l’air pur et passer une nuit dans les auberges de la célèbre colline. 

L’eau de l’Oise est encore assez pure pour permettre la baignade. Une petite plage naturelle située au bout de la rue de l’Oise permet d’apprendre à nager. Pendant la semaine, cette plage est utilisée par les laveuses. En 1931, la baignade est installée au nouveau pont du confluent.

Carte postale péniche

Maurecourt et le cinéma 

Le cinéma fait son entrée à Maurecourt à cette époque. L’église de la Nativité de Notre Dame sert de lieu de tournage pour une scène de mariage dans le film L’Atalante de Jean Vigo (1934). Des Maurecourtois font office de figurants.

L'Atalante - Le film  :  https://www.youtube.com/watch?v=TZ94HHegjy0

C’est ensuite le chantier naval Degeslincourt qui sert de décor à l’un des premiers feuilletons de la télévision : "l’homme de picardie" Plus récemment, on a pu reconnaître le quai Boubou Dado dans des scènes du feuilleton "Navarro".

A l'école Les Tilleuls seront tournées quelques scènes du téléfilm :"Heureusement qu'on s'aime" avec Bernadette Lafont, Andréa Féréol et ...les enfants de l'école. Certains enfants iront tourner quelques scènes dans un studio de cinéma à Paris.

Les hôtes célèbres 

Maurecourt a reçu la visite du duc de Windsor qui voulait acheter le château Itasse lors de son mariage en 1937 avec la roturière Bessis Wallis Warfield. Berthe Morisot est venue peindre à Maurecourt où elle séjournait souvent chez sa soeur.

La démographie :

Maurecourt est passé de 300 habitants en 1900, à 780 à la veille de la première Guerre, puis à 1275 après 1945.
La ville compte aujourd’hui environ 4 400 habitants.